Maintien à domicile ou maison de retraite ? Comment choisir ?

Quand un proche vieillit, tôt ou tard se pose la question du maintien à domicile ou de la maison de retraite ?

Quel que soit le choix final, « on » aura de toutes façons des regrets ou des doutes de ne pas avoir pris la bonne décision.

Enormément de critères entrent en jeu et il est complexe voir impossible de les prendre tous en compte ou de savoir quelle priorité leur donner. Et le fait que la personne qui va « subir » le choix n’est pas le seul décideur dans la plupart des cas, n’est pas la moindre difficulté.

Nous ne prétendons pas ici vous donner une martingale ou une formule pour décider entre un maintien à domicile ou un Ehpad mais juste quelques éléments de réflexion.

Quand est-ce que ma question du maintien à domicile se pose ?

L’immense majorité des personnes âgées est susceptible d’être victime de chute à domicile. Ces chutes peuvent provoquer la mort, des blessures avec des séquelles ou simplement la peur de se déplacer, de bouger et donc un immobilisme très dangereux pour la santé.

C’est souvent à l’occasion d’une chute ou de pertes d’équilibre de plus en plus fréquentes ou même de difficultés à se lever d’une chaise, d’un fauteuil ou des toilettes qu’un départ en maison de retraite est envisagé.

Attention alors à un élément important ! TOUTE PERSONNE se projette en permanence dans sa « future » maison, même si s’il s’agit juste de transformer sa demeure actuelle. or quand on va en Ehpad, on sait bien, même si on est diminué(e), qu’il s’agit de sa dernière demeure où l’on comprend rapidement que loin des statistiques et brochures, la durée de vie moyenne s’y compte en mois.

La pandémie du #covid a mis en avant les Ehpad mais en temps « normal », ceux ci sont des lieux oubliés qui de par les difficultés de recrutement face aux immenses besoin de soins et d’attention sont souvent des mouroirs, loin des regards de la société.

Donc pour en revenir aux chutes ou en danger de chute, cela est en relation étroite avec le niveau d’autonomie, déterminé normalement par le GIR (voir ici la définition et le calcul de cet indice nécessaire à toute évaluation et à la détermination des aides).

L’environnement de la personne âgée est aussi important. Si personne ne vient lui rendre visite, si sa famille est loin, si elle habite en étage sans trop de relations avec des voisins, un environnement plus dense et plus interactif, dans une maison de retraite, sera peut-être meilleure, d’autant plus qu’elle n’apporte pas beaucoup d’intérêt de nostalgie à sa demeure actuelle.

Quelles aides à domicile disponibles ?

Si on peut imaginer qu’en théorie, l’EHPAD sera uns structure au minimum attentive à la santé et aux besoins de la personne, il peut en être de même avec une système d’aides à domicile mais tout dépend de la région.

Commencez donc par aller dans les centres d’informations pour l’aide aux personnes âgées dont vous trouverez toutes les adresses sur ce site dans cette rubrique.

Ensuite listez les sociétés d’aide à la personne ainsi que les associations. Ne vous basez pas sur les prospectus mais appelez les ou regardez les commentaires sur Internet.

Essayez de connaître le turn-over des employés et la façon dont ils sont recrutés. Les « bonnes » sociétés d’aide à la personne ont des employés fidèles qui sont mieux payés que dans les « mauvaises » sociétés d’aide à la personne qui se contentent de faire du chiffre sur le malheur des gens. Informez-vous aussi sur les diplômes et les programmes de formation des sociétés pour leurs employés.

Essayez aussi de connaître l’âge des employés. Une société qui a des employés d’un certain âge sera souvent un atout pour créer des relations et de la conversation avec la personne âgée. Les jeunes employés sont souvent pressés et passent souvent du temps sur leur smartphone pendant que le repas cuit plutôt que de parler ou d’échanger avec la personne.

Dans certaines zones géographiques, vous n’aurez pas le choix de plusieurs sociétés et vous n’aurez par exemple que l’ADMR, une association qui tente de combler le vide dans le domaine de l’aide à la personne. Les gens qui y travaillent sont souvent moins formés et moins « professionnels » que dans les sociétés mais parfois aussi plus attentifs et « humains » que dans les grandes villes.

De toutes façons, 90% de la prestation ne dépend pas de la société mais des GENS donc soyez attentifs à ce que les gens restent les mêmes et ne changent pas trop souvent si vous choisissez l’aide à domicile.

Situation géographique ?

La position du logement ou de l’EHPAD doit être prise en compte. Si l’EHPAD est par définition (bien que) médicalisé, il se peut que le logement soit assez loin du médecin de famille ou d’un hôpital. Imaginez un accident: il faudra parfois intervenir rapidement pour éviter que la situation se dégrade donc prenez aussi en compte l’éloignement ou pas du logement, par rapport à un hôpital, une clinique, un cabinet d’infirmiers (pour des soins ou des prises de tension, oxymétrie, etc..), kinés, etc..

Coût d’un EPHAD vs coût de l’aide à domicile

Là aussi, il n’y a aucune règle générale car tout dépend de la zone géographique, de l’état de la personne et du niveau de prestation.

Selon l’état général physique (GIR) de la personne âgée, vous aurez droit à des aides (différentes selon le département).

Ces aides peuvent aller directement à l’EHPAD ou à la société d’aide à domicile.

Une heure d’aide à domicile n’a pas le même coût selon qu’il faut aider légèrement et tenir compagnie ou assister, doucher, aider aux toilettes, nourrir et selon le jour (jour de semaine ou jour férié/dimanche). A ce titre, vous pouvez consulter la convention collective des métiers d’aide à la personne pour en savoir plus.

En ce qui concerne les EHPAD, vous trouverez de tout. Il y a des EHPAD à 2000 euros comme il y en a à 15000 euros mais avant de « choisir » selon le prix, assurez-vous qu’il y a de place et à partir de quelle date.

Par ailleurs, même si des sociétés commerciales cotées en bourse font des EHPAD un « commerce’, le prix révèle aussi le niveau de prestation.

La meilleure méthode ici est de calculer d’avance le budget disponible par mois entre les ressources personnelles et les aides puis de regarder ce qui peut être fait en « aide à domicile » et « EHPAD » en tenant compte de tous les critères.

Autre solution qui peut être intéressante: carrément embaucher une personne (on peut trouver souvent des dames seules d’un certain âge) dont le travail sera à temps plein de s’occuper de la personne âgée. Si une chambre est libre dans le logement ou si un logement voisin est disponible, cette solution « nounou » ou « dame au pair » est parfois le meilleur système.

Enfin, dans certains cas, un membre de la famille peut être « aidant salarié ».

La personne est-elle mieux avec des jeunes ou des gens actifs ou des gens de son âge ?

Par défaut, on pense que les personnes âgées sont « mieux » avec des gens de leur âge mais si on les écoute, beaucoup d’entre elles n’aiment pas être avec des vieux.

Dans ce cas, se retrouver en Ehpad dans une « communauté » de personnes âgées peut être déprimant; cela peut donner l’impression qu’on quitte le monde des vivants pour un monde de souvenirs, transition vers la mort.

Si la personne a cette disposition d’esprit, un système d’aide à domicile avec des gens « actifs » et d’un autre âge peut être le moyen de ne pas « céder » et de se sentir toujours « partie prenante » de la société, pour la personne âgée.

Activité, sommeil et nourriture de la personne âgée: 3 critères importants de choix

La vie d’une personne âgée fragile tient souvent à une bonne activité physique, une bonne activité mentale, un sommeil et une nourriture corrects.

Etre en Ehpad ou rester à domicile a forcément un impact sur ces 4 choses.

En ce qui concerne l’activité, le fait de rester à la maison pousse toujours un peu la personne à faire un semblant de ménage (ne serait-ce qu’épousseter un meuble), à soigner quelques plantes, etc.. quand il ne s’agit pas d’aller faire les courses, même accompagnée par une aide (ce qui est ue activité très recommandée).

Dans un EHPAD, on est souvent pris en charge et à part les activités prévues (comme dans une colonie), on a plutôt tendance à être parqué(e) dès que l’on va mal. Ceci dit, les bonnes maisons de retraite peuvent aussi rebooster l’activité physique d’une personne par de la gymnastique adaptée (et là encore, tout dépend des personnes de l’encadrement).

En ce qui concerne le sommeil, une personne âgée peut se détendre plus facilement chez elle mais si sa literie n’est plus adaptée, chaque nuit peut être un enfer. On peut facilement vérifier ce point et ensuite déterminer si l’environnement permet un meilleur sommeil à la maison ou dans un établissement externe ou le lit n’est pas « notre » lit.

Pour la nourriture, a priori, l’EHPAD est une structure qui fait attention et propose un meilleur équilibre. Oui mais pour certains organismes, le bon équilibre est l’habitude et perturber les habitudes, déséquilibre l’organisme. Ainsi, si la personne a l’habitude de manger du fromage à chaque repas et n’en a plus, cela peut perturber son organisme. Là aussi, il faut bien examiner les changements à venir. En cas d’aide à domicile, vérifiez bien la composition des repas et ne changez pas trop brutalement les habitudes !

QUI prend la décision ?

A moins d’une mise sous tutelle ou d’une mise sous curatelle, où la réponse à cette question est simple, le problème est toujours de savoir QUI va prendre la décision entre la personne âgée ou ses enfants ou son conjoint (fusse-t-il lui ou elle aussi déjà en Ehpad ou pas).

La responsabilité de l’avenir de la personne sera portée par celui ou celle qui prendra la décision: une charge parfois lourde à porter, par exemple quand les avis de la famille divergent, notamment entre frères et soeurs. Cela augure souvent mal de la succession à terme …. Mais il n’y a aucun moyen d’échapper à ceci, chose d’autant plus difficile qu’elle renvoie souvent les enfants à leur propre avenir de personne tôt ou tard âgée …

Commenter, poser une question